L'Homophobie en Quelques Mots
Pourquoi cette pétition ?

– Parce qu’il n’est pas tolérable que des individus ne peuvent pas vivre librement leur amour comme bon leur semble.

– Parce que depuis maintenant quelques mois un climat homophobe totalement décomplexé tente à s’installer dans la société française et ce grâce à certains politiques en manque d’inspiration.

– Parce que nous connaissons tous des personnes homosexuelles qui ont déjà été victimes d’homophobie.

– Parce que l’homophobie n’est pas une opinion mais un délit.

– Parce que tous les jours des homosexuels persécutés mettent fin à leurs jours.

Quelques chiffres ?
Combien il y a-t-il d'homosexuels en France ?
La population homosexuelle en France représente un peu plus de 6 % de la population totale de l’hexagone, ce qui correspond à un peu près 4 millions de personnes.
Une population en souffrance
L’homophobie est la principale cause du mal-être des homosexuels, c’est d’ailleurs l’une des principales raisons pour laquelle 80 % des jeunes homosexuels n’assument pas leur homosexualité et vivent ainsi une double vie. A contrario, ils ne sont que 8 % à se sentir épanouis.

Selon les derniers chiffres, presque 10 % des homosexuels refoulent totalement leur homosexualité.

19 % des homosexuels seraient en réalité des hommes mariés avec une personne du sexe opposé.

35 % des homosexuels ainsi que 44 % des homosexuelles sont désireux de fonder une famille avec un ou plusieurs enfants.

Comment réagiriez-vous si votre fils vous apprend qu'il est homosexuel ?
43 % : Cela me ferait énormément de peine mais je le laisserai vivre sa vie.
30 % : Je ne l’accepterai jamais
15 % : Je tenterai par tous les moyens de le changer
12 % : Cela ne me gène pas du tout
Comment réagissent les français face aux homosexuels ?
57 % des français sont choqués par le fait qu’une personne homosexuelle soit professeur dans une école, alors que seulement 42 % affirment n’y voient aucun inconvénient.
55 % estiment qu’un homosexuel ne peut pas avoir une place importante au sein de la république (Maire, Ministre ou bien Président de la République), alors que seulement 43 % estiment le contraire.
En 1973, 42 % des français estimaient que l’homosexualité était une maladie qu’il fallait guérir, ils étaient 23 % à le penser en 1997.
Où vit majoritairement la population homosexuelle ?
Les personnes homosexuelles vivent principalement dans les grandes villes.
40 % des homosexuels habitent dans des villes peuplées de plus de 100.000 habitants.
46 % d’entre-eux vivent en région parisienne.
La relation entre les homosexuels et leurs parents
86 % des homosexuels n’avaient pas ou peu de relations avec leur père, alors que c’est le cas pour seulement 15 % des hétérosexuels.
42 % des homosexuels avaient de meilleurs relations avec leur mère plutôt que leur père.
66 % des homosexuels avaient des relations excessives voir fusionnelles avec leur mère, alors qu’ils étaient 42 % des hétérosexuels à avoir cette caractéristique.
62 % des homosexuels attisent une haine envers leur père contre 34 % des hétérosexuels.
67 % des homosexuels craignent leur père contre 53 % des hétérosexuels.

Ces chiffres nous indiquent clairement que la relation entre l’enfant et ses parents semble être une caractéristique qui joue un rôle très important dans la futur sexualité de celui-ci.

L'homosexualité est un vrai tabou
49 % des français sont choqués par le fait qu’un des membres de sa famille soit homosexuel, alors que 50 % qui n’y voient aucun problème.
L'homosexualité choque les français
63 % des français sont choqués en voyant un couple homosexuel s’embrasser.
46 % des français sont choqués par la Gay Pride.
36 % des français sont choqués par le fait de voir un couple homosexuel main dans la main
24 % des français sont choqués par le fait que certains établissement ont pour vocations d’être fréquentés majoritairement par des homosexuels.
Une discrimination hypocrite

L’homophobie est particulièrement hypocrite notamment lorsque l’on sait qu’une large partie des personnes homophobes est en réalité des homosexuels refoulés.

Une étude américaine très sérieuse a été menée sur ce sujet. Il a ainsi été prouvé que 80 % des personnes homophobes avaient une érection en regardant des films érotiques gay, contre seulement 43 % des personnes n’ayant aucun préjugé envers les homosexuels.

Il est clairement difficile d’admettre qu’une personne peut-être sexuellement stimulé par une chose qu’elle déteste. La seule hypothèse plausible dans ce cas est donc bien une homosexualité refoulée.

Il s’agit pourtant d’un délit

Il faut savoir que dans le Code Pénal (article 132-77), lorsqu’une infraction commise pour un motif homophobe, l’homophobie est considérée comme une circonstance aggravante. C’est ainsi que les meurtres, les violences volontaires, les menaces, les viols ect …) sont plus sévèrement punis lorsque la principale raison tient du fait que la victime est homosexuelle.

Les articles 23, 24, 29, 32 et 33 de la loi du 29 juillet 1881 réprime la publication de propos diffamatoires, injurieux ou appelant à la discrimination ou même à la violence envers les personnes homosexuelles.
Le fait de provoquer ou de diffamer publiquement une personne à raison de son orientation sexuelle est selon la loi du 29 Juillet 1881 est punie d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, contre 6 mois d’emprisonnement et 22 500 euros d’amende lorsqu’il s’agit d’injure publique.
La provocation publique à la haine et à la violence envers des personnes homosexuelles est quant à elle punie de 1500 euros d’amende

Beaucoup de personnes ignorent que selon la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, lorsqu’il s’agit de diffamations ou d’injures, de provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à raison de l’orientation sexuelle, le délai de prescription est de seulement 3 mois.

Recrudescence des agressions homophobes

Depuis le débat concernant le « mariage pour tous », les paroles ainsi que les agressions homophobes ont bondi de 81 %. Il s’agit d’un véritable paradoxe, car le « mariage pour tous » était censé être une avancée majeure pour les droits des personnes homosexuelles, mais c’est clairement le contraire qui s’est produit avec notamment une homophobie décomplexée qui s’est installée à la fois dans le paysage politique, dans la sphère médiatique, mais également au sein de la population.

Les Derniers Articles